1985 – 1986 : DERNIERS LAURIERS POUR TARRES

1985

 

Après une année de purgatoire, Ampus retrouve le label européen.

Autre sujet de satisfaction pour les organisateurs : le record de participation est battu avec 202 engagés, dont 155 pour la course internationale.

Nouveauté de cette 21e édition : le premier Grand Prix historique de Draguignan.

La question que tout le monde se pose est de savoir si Gérard Xiberras sera capable de réussir la passe de trois au volant d’une Osella-BMW prêtée par Riehl, l’importateur de la marque en France. Marcel Tarrès (Martini-BMW MK43) entend, lui, mettre fin à la malchance qui l’accable depuis 2 ans sur ce tracé.

Les autres prétendants français ont pour noms : Christian Debias (Martini-BMW MK42), Nany Nerguti (Martini F2), Anne Baverey (Martini-BMW FL) et Henri-Paul Magnan (Lola-BMW T298).

Sur le plan européen, on note la présence en Groupe 6 des italiens Mauro Nesti (Osella-BMW), Roberto Curatolo (Osella-BMW), Claudio Calella (Lola T922) et de l’allemand Herbert Stenger (Osella). Auxquels il convient d’ajouter un plateau de haut niveau en groupe B : 3 BMW M1 contre 3 Porsche 930 Turbo ou 911 SC, avec pour arbitre l’Audi Quattro du suisse Claude Jeanneret.

Lors des essais, Marcel  Tarrès confirme sa place de favori : 3’07’’28 « Aucun problème, mais ici à Ampus, même quand je fais de bons temps aux essais, tu as pu constater que je n’ai jamais de chance en course ». Il devance Mauro Nesti (3’09’’83) et Debias (3’10’’26). Xiberras ne réalise que le 6e temps en 3’19’’31 « A part le fait que j’ai la grippe, je suis agréablement surpris par cette voiture, qui apparaît très saine dans son comportement, bien qu’un peu dure en suspension ».

Nany Nerguti est le grand malchanceux de cette séance d’essais. Il sort violemment de la route dans le virage à tonneaux et doit déclarer forfait (train avant ouvert). Autres favoris au tapis : l’allemand Stenger, victime d’ennuis de pompe à essence, d’une rupture de durite d’huile et au final d’un bris d’arbre de roue ; ainsi que le français Serge Vidal (Martini) dont le moteur n’a pas digéré une vis parker échappée de la boite à air.

Archive JDS – Marcel Tarrès (Martini-BMW MK43)

 

Cette année pas de surprises en course. Tarrès s’impose en 6’15’’95, malgré la détermination de Debias (6’18’’89), pas trop déçu à l’arrivée « J’ai beaucoup couru depuis le début de saison pour découvrir les secrets de cette nouvelle voiture. Je veux avancer avec prudence pour ne pas tout compromettre par un gros pépin. La saison est encore longue. J’ai confiance en moi ».

La 3e place revient à Anne Baverey (6’23’’80) au terme d’un duel épique avec Nesti (6’23’’83), vainqueur du Groupe 6. Xiberras termine cinquième.

1e Marcel TARRES         MARTINI MK43-BMW      6’15’’95

2e Christian DEBIAS      MARTINI MK42-BMW      6’18’’89

3e Anne BAVEREY         MARTINI-BMW FL             6’23’’80

 4e Mauro NESTI            OSELLA-BMW                    6’23’’83

5e Gérard XIBERRAS     OSELLA                               6’29’’49

 

Les monoplaces sont de nouveau les reines d’Ampus et pour la première fois une femme monte sur le podium.

Archive JDS – Anne Baverey (Martini-BMW FL)                   

 

VEC :          Jacques NAVEAU          JEM                                     9’04’’99

Groupe N :  Henri VUILLERMOZ      BMW 323i                          7’58’’01

Groupe A :  Francis DOSIERES        BMW 635 CSI                    7’34’’59

Groupe S :  Alain BIORET                 BMW 320                           7’31’’92

Groupe B :  Claude JEANNERET    AUDI QUATTRO                 7’05’’91

Groupe 6 :  Mauro NESTI                OSELLA-BMW                     6’23’’83

Groupe E :  Marcel TARRES            MARTINI MK43-BMW)      6’15’’95

 

Championnat d’Europe

Groupe B : Claude JEANNERET      AUDI QUATTRO              7’05’’91

Groupe 6 : Mauro NESTI                  OSELLA-BMW                 6’23’’83

 

Photo Revue Echappement – Francis Dosières (BMW 635)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo Revue Echappement – Gilbert Renoux (Golf GTI)

 


Photo Revue Echappement – Claude Jeanneret (Audi Quattro)

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sportauto-draguignan.fr

1984

Triste 20e édition. Dans le cadre de la réduction du nombre d’épreuves, Ampus perd le label européen. C’est pour le Championnat de France de la Montagne 1e division que les protagonistes vont en découdrent.

Pas de pilotes étrangers cette année. Les favoris ont pour noms : Marcel Tarrès (Martini-BMW T01), Christian Debias (Martini-BMW MK28), Anne Baverey (Martini-BMW T02), Daniel Boccard (Chevron-BMW B42) un nouveau venu très prometteur, Gérard Xiberras, Serge Vidal et Henri-Paul Magnan  (Lola-BMW T298).

Les essais sont sans surprise : Tarrès réalise le meilleur temps en 3’06’’11 sans même avoir besoin d’utiliser sa nouvelle voiture, une Martini MK43 « Wing Car ». Suivent comme l’an dernier, Xiberras (3’11’’49) et Debias (3’13’’31). Daniel Boccard signe le 4e temps (3’14’’83) pour sa première participation à Ampus, mais victime d’une sortie de route lors de la 2e séance d’essais il ne pourra prendre part à la course.

Durant la séance d’essais libres du dimanche matin, Tarrès et Xiberras se font surprendre par la route détrempée par la pluie. Bilan : un triangle avant faussé sur la Lola, des dommages plus sérieux sur la Martini qui rendront impossible le passage en pneus pluie.

Décidemment il était dit que cette édition serait gâchée de bout en bout. La pluie fait son apparition durant la première montée et la course va se jouer en quelques minutes : Tarrès est obligé de partir en pneus slicks « Malgré tout, la voiture n’allait pas trop mal, mais je me suis vraiment méfié vers le haut en voyant les gerbes d’eau que les roues commençaient à soulever » ; Debias se fait piéger dans un virage près du sommet, tout comme Nerguti et c’est finalement Xiberras (Lola-BMW T298) qui réalise le meilleur temps en 3’41’’24.

La seconde montée sous un déluge d’eau ne change rien à l’ordre du classement. Pour la deuxième année consécutive Gérard Xiberras bat l’archi-favori et sa redoutable formule 2, au volant de sa barquette « Je devais prendre tous les risques, il fallait impérativement que je gagne, sinon  j’étais contraint d’abandonner la compétition ».

Photo non identifiée – Gérard Xiberras (Lola-BMW T298)                                                                Photo Auto-Hebdo

 

1e Gérard XIBERRAS   LOLA-BMW T298          3’41’’24

2e Marcel TARRES       MARTINI-BMW T01     3’43’’37

3e Serge VIDAL            LOLA-BMW T298          3’47’’34

4e Anne BAVEREY       MARTINI-BMW T02      3’49’’95

5e Nany NERGUTI       MARTINI F2                    3’50’’42

 

Les mauvaises conditions climatiques durant la journée du dimanche ont un impact important  « Avec ce temps le public est resté chez lui et pour nous c’est la catastrophe » déclare le président de l’ASADV Bernard Geffroy. Le bilan est lourd : 150 000 F de déficit !

 

Groupe N : Alain GIROD                VW GOLF GTI      4’27’’35

Groupe A : Henri VUILLERMOZ   BMW 528             3’56’’85

Groupe B : René MICHON             PORSCHE 930    4’01’’89

Groupe S : Alain BIORET               BMW 320            4’10’’36

Groupe 6 : Gérard XIBERRAS       LOLA T 298         3’41’’24

Groupe E : Marcel TARRES           MARTINI T01     3’43’’37

Photo Revue Echappement – Serge Vidal (Lola-BMW T298)

Photo Revue Echappement – Henri Vuillermoz (BMW 528 i)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo Paul Teulade – Marcel Tarrès et Anne Baverey (Ecurie Primagaz)

(Photo non identifiée)